conference_leclech_etienne_

Hier, mardi 14 juin, Sylvie Le Clech, conservatrice générale directrice scientifique des archives nationales de Fontainebleau, et Claire Etienne, conservatrice générale à Rouen se sont livrées à un exercice exaltant : une promenade au travers du plan du Havre dit "plan définitif Brunau-Perret". Une petite centaine d'auditeurs étaient présents dans l'auditorium Colbert en sous-sol de la grandiose et luxueuse galerie Vivienne, Paris 2ème.

La salle étant plongée dans le noir, il ne nous a malheureusement pas été possible de prendre de notes ou de photos, et les reproductions si après ont été faites à l'issue de la conférence avec un appareil mobile, ce qui explique leur pauvre qualité. 

Nous allons néanmoins tenter de relater ici les grandes lignes de ce moment passionnant. 

La photo ci-dessous montre le dispositif : à gauche les conférencières (on aperçoit Sylvie Le Clech, Claire Etienne est masquée par l'auditrice de devant), commentent le plan (posé sur la table à droite) habilement filmé et projeté en simultané (ici un agrandissement de la légende). Vision générale, effets de zoom, travelings : toutes les techniques de prise de vue permettent d'apréhender ce document, engageant une déambulation dans la ville, voire un véritable atterrissage avenue Foch comme il nous été proposé en ouverture. 

conference_leclech_etienne0

Les auteures avaient également préparé un powerpoint où des photos du havre actuel pouvaient donner une image concrète des lieux.

"Cette architecture présente des qualités certaines : d'abord elle est belle, ce qui n'est pas si fréquent à notre époque."

En guise d'introduction, le petit film suivant a été présenté (document INA de 1964). [cliquer ici]

video_ina

1964, année d'achèvement de l'église Saint-Joseph marque traditionnellement la fin de la reconstruction. On voit que l'architecture de Perret est déjà défendue par les journalistes !

Nous avons déjà évoqué la maquette que nous voyons ici. (cf notre article). Mais dans la célèbre photo de Jacques Tournant devant cette même maquette, on voit distinctement sur le mur le plan général de la ville.

maquette_tournant_08

Or ce plan n'a jamais été reproduit dans aucun ouvrage. On en montre régulièrement d'autres, mais cette pièce maîtresse est à ce jour inédite. Et pour cause : le plan avait disparu. C'est finalement par hasard que le plan regagna les archives nationales à Fontainebleau il y a peu. Il avait été sorti pour des "raisons pédagogiques" [Sylvie Le Clech ne s'est pas étendue sur la question. D'ailleurs l'important est surtout de l'avoir retrouvé].

Composé en six parties, il atteint pas loin des douze mètres carrés : c'est une pièce gigantesque, entièrement gouachée. Voici une vue générale du centre-ville.

plan_brunau_perret07

Ce plan est le document officiel pour la reconstruction : c'est lui qui fixe l'exacte dimension et destination des territoires. Mais les informations qu'il contient dépassent de loin le simple relevé de parcelles. Commencé par Félix Brunau qui avait été nommé après les premiers bombardements de 1940, il est bien sûr repris par Perret et les membres de son atelier.

plan_brunau_perret02

La première lecture se situe au niveau des couleurs. la zone à dominante grise correspond au centre reconstruit. Il est en opposition avec les quartiers orangés de la côtière de Sanvic qui n'ont pas été touchés.

plan_brunau_perret01

A l'intérieur de ce périmètre reconstruit, dans lequel les îlots sont donc gris, on distingue beaucoup de jaune, qui peut apparaitre anarchique. C'est en fait l'ancienne ville, le jaune correspond aux îlots détruits. C'est ainsi que l'on remarque tout de suite la différence de densité entre hier et aujourd'hui.

plan_brunau_perret06

Cet agrandissement du quartier Nôtre-Dame permet de bien apprécier la collusion de l'ancien tracé avec le nouveau. On découvre ainsi que l'ensemble de ce plan a été élaboré sur le relevé cadastral d'avant-guerre. Chaque rue, chaque monument et surtout chaque parcelle privative y figure. On distingue ainsi nettement le déplacement de la rue de Paris et la création d'un parvis devant l'Eglise. Mais surtout, la différence de largeur des rues est très importante, et les îlots de Perret semblent floter de façon ordonnée sur ce palimpseste. Les nombres encerclés en rouge entre les îlots indiquent la largeur des voies (12 mètres, 15 mètres... selon la règle des 6,24 m). Le long travail de remembrement de Jacques Tournant trouve ici sa parfaite illustration. [les spécialistes de l'ancien Havre ne manqueront pas d'identifier l'ancien musée visible dur le quai].

plan_brunau_perret04

La place de l'hôtel de ville est bien ordonnancée. Les façades des îlots sont bordées d'un trait bleu qui montre les alignement architecturaux remarquables. Claire Etienne a ajouté que ce n'était q'un leurre, vu qu'au Havre l'ensemble des façades des îlots, y compris les cours intérieures sont traitées en monument. Les zones quadrillées correspondent aux bâtiments publics. Tous ne seront pas construits, ou du moins pas dans leur forme représentée ici. Au nord de l'hôtel de ville, l'îlot n°9 a été rayé, parce-que non réalisé. Claire Etienne appelle avec humour ces non-contructions des "remords".

plan_brunau_perret08

Sur ce détail, on distingue bien les édifices dans le prolongement du bassin du commerce : [d'est en ouest] la place Gambetta, le théâtre (qui ne sera pas construit sous cette forme) et le lycée sur un îlot géant (les halles n'étaient pas encore là). L'îlot derrière ne montre pas de trace de l'Eglise Saint-Joseph. Claire Etienne avance comme explication la séparation de l'Église et de l'État qui en fait un édifice privé. Cela semble étrange, le plan montrant d'autres édifices catholiques. Etait-elle déjà prévue ici, tout simplement ? Enfin à l'extrémité se loge l'espace pour les chantiers Augustin Normand, à l'emplacement de l'actuelle résidence de France.

plan_brunau_perret05

Ce gros plan sur l'avenue Foch nous dévoile un projet très primitif pour la Porte Océane, dont on a du mal à s'imaginer ce qu'il aurait pu être. Il y a un véritable goulot d'étranglement avant de déboucher sur la plage.

plan_brunau_perret03

La collette en relief à l'emplacement du port de plaisance est une des nombreuses modifications de territoire qui ont été apportées. Elle témoigne, comme la grande majorité des autres, des conflits d'intérêts entre la ville et le port. Les périmètres sont repris à de nombreux endroits... toujours à l'avantage du port aura décrypté Sylvie Le Clech.

Enfin, on pourrait évoquer ce document exceptionnel sans admirer la qualité du travail de peinture. La guache bleue de l'avant-port montre courants et clapotis de façon admirable, sans tomber dans le figuratif qui n'aurait pas sa place ici.

 

C'est donc bien un document exceptionnel qui vient d'être retrouvé. Il n'est malheureusement pas daté. Si Sylvie Le Clech et Claire Etienne avancent 1946, nous émettons un doute sur cette date. Trop de bâtiments sont montrés dans des phases primitives, la tour de l'hôtel de ville ne figure pas, et plus intéressant, les îlots ne sont pas encore numérotés (S, V, N).

Il est nécessaire d'engager maintenant une lecture approfondie et systématique, car ce plan a certainement besoin de parler. On peut aussi rêver de son exposition au Havre, un jour...